retour
03.03.2020

« Je suis de la Génération Egalité : Levez-vous pour le droit des femmes ! »

par Véronique Callewaert fondatrice de Centre Sex’prime

 

Voilà énoncé le thème de la prochaine «journée internationale des femmes » (appellation officielle de l’ONU), également appelée «journée internationale des droits des femmes » qui aura lieu le 8 mars prochain.

Cette journée était, à l’origine, et est encore l’occasion de mettre en avant les revendications féministes en vue d’obtenir l’égalité des sexes et de réduire les inégalités hommes-femmes!
Un peu d’histoire….

La toute première journée a lieu le 28 février 1901, aux USA, « The national woman’s day », sous l’impulsion des féministes!
En Europe, c’est en 1910 que naît, sur proposition de Clara Zetkin, enseignante et journaliste allemande, la « journée internationale des femmes ».
Les premiers rassemblements seront organisés le 19 mars 1911 et réuniront plus d’un million de personnes en Allemagne, Autriche, Danemark et Suisse .
La date du 8 mars est fixée par l’ONU en 1975.
A l’occasion du 8 mars 1995, un programme audacieux et ambitieux voit le jour : le Programme d’action de Beijing qui projette un monde où chaque femme et chaque fille peut exercer ses libertés et ses choix, connaître et comprendre tous ses droits, notamment le droit de vivre sans violence, le droit à l’éducation, le droit de participer à la prise de décision et le droit de recevoir un salaire égal pour un travail égal.
Ici en Belgique, nous pouvons nous réjouir des résultats obtenus au cours des décennies
écoulées (droit de vote , droit au travail, droit de disposer et gérer les revenus de son travail, droit à la contraception, droit à l’avortement, droit de disposer de son corps, … ).
MAIS, hélas, la liste des revendications est loin d’être épuisée !
ET nous pouvons regretter que les avancées obtenues ne le sont pas à l’échelle internationale ; que celles-ci restent bien fragiles par leur remise en question, leur modification, leur suppression, …
Mariages forcés, esclavages sexuels et mutilations génitales sont le lot de millions de femmes en Afrique et Asie, sans parler de l’absence d’accès aux soins de santé, à la scolarisation,…
En Europe et aux USA, on assiste à la restriction ou à l’abolition des droits à l’avortement ; la culture du viol est labellisée comme  art de la séduction  et la différence salariale toujours une réalité bien concrète.
A ce jour, aucun pays ne peut s’enorgueillir d’avoir atteint l’égalité des sexes !

Cette année 2020 est une année particulièrement importante car elle est l’année de l’évaluation des progrès réalisés depuis 25 ans, depuis le Programme d’action de Beijing, pour l’autonomisation des filles et des femmes à travers le monde, une occasion inespérée de susciter des prises de conscience, des débats, de faire entendre les voix des femmes toutes générations confondues, sans distinction aucune de race, de religion ou autre et sans frontières !

 

retour